Sélectionner une page

Transformation, digitalisation, uberisation, tout le monde connaît ces termes, mais pour les expliquer… retrouvez 15 mots clés et leur définition pour y voir plus clair.

 Algorithme :
Loin d’être une invention récente, l’algorithme, qui se définit comme une suite d’instructions permettant d’obtenir un résultat, remonte à l’antiquité et tire son nom de celui du père de l’algèbre, Al-Kwharizmi (IXe siècle). Mais c’est surtout depuis sa rencontre avec l’ordinateur qu’il a pris de l’ampleur. Omniprésents, les algorithmes sont au cœur de la transformation numérique : sans eux, pas de Google, de Big Data, de réseaux sociaux, d’objets connectés… C’est en effet eux qui donnent leur véritable valeur à la donnée.

 Approche agile, dite aussi « méthode agile » ou tout simplement, « agile » :
Cet ensemble de termes désigne des pratiques de pilotage et de réalisation de projets en cycles courts, permettant une grande réactivité en développant ou en gérant un produit de manière itérative, incrémentale et adaptative. Sa variante la plus connue : la scrum. Tirant son origine du Manifeste Agile, créé en 2001 aux États-Unis par 17 développeurs informatiques, la méthode érige en priorité la satisfaction du client. La déferlante « agile » gagne désormais de plus en plus de secteurs et de fonctions.

 ATAWAD – Any Where, Any Time, Any Device :
Cet acronyme se réfère au mouvement technologique de l’usage, sur un appareil de communication unique, permettant d’avoir accès à l’information, à ses « usages » partout (anywhere), et tout le temps (any time). Il s’agit notamment des téléphones et portables (Iphone, smartphone, ordinateurs portables, tablettes ).

Big data :
Volume croissant d’informations digitales envahissant les entreprises. Ce qui est « big data », c’est l’association dans une même analyse de données variées pour en déduire des informations que l’on n’était pas en mesure de trouver avec les analyses classiques de données structurées. Le big data est souvent caractérisé par le terme des 3 V : Volume, Variété et Vélocité.

 BYOD – Bring your own device :
Acronyme de « Bring Your Own Device ». BYOD  ou « Apportez vos appareils personnels » est un nouvel usage en entreprise, qui consiste à utiliser son matériel informatique (portable, tablette) personnel dans le cadre du travail d’entreprise. Cet usage est né du mélange de la vie d’entreprise et personnelle, via les outils numériques. Les entreprises ne permettant pas économiquement de changer les postes informatiques régulièrement, certains salariés préfèrent utiliser leurs propre outils. A cette pratique sont associées les problématiques d’accès sécurisé et de protection de la vie privée.

 Cloud ou cloud computing, en français, « l’informatique dans le nuage » :
Fait désormais partie du vocabulaire courant. Désignant le stockage et l’accès aux données par le biais d’Internet plutôt que sur un disque dur, c’est un pilier de la transformation numérique qui connaît une véritable explosion. Selon les prévisions du cabinet américain IDC, pas moins de 67 % des budgets IT devraient être alloués à des offres dans le cloud d’ici à 2020.
 Device :
Équipement de communication digitale (téléphone mobile, PC, tablette, télévision, objets connectés…). Vous êtes peut-être sans le savoir une personne multi-device avec votre laptop, smartphone et tablette dans votre même sac !

 IoT pour Internet of Things ou Internet des Objets en français :
Le terme fait référence aux réseaux d’objets connectés. Considérés par certains comme l’un des fondements de la troisième évolution de l’Internet, le Web 3.0, ces réseaux sont à l’origine d’une quantité croissante de données. Les prévisions concernant les objets connectés – si elles se réalisent – ont en effet de quoi donner le vertige : selon le cabinet Gartner, le monde devrait en compter 100 milliards à l’horizon 2025.

Omnicanal ou cross-canal
À l’ère où les clients, de plus en plus exigeants, achètent via de multiples supports numériques et passent facilement de l’un à l’autre, communiquer et distribuer ses produits et ses services par le biais de plusieurs canaux s’impose. Tout l’enjeu est de créer un parcours client cohérent qui unifie les données de l’ensemble des canaux utilisés.

 Machine learning, appelé en français l’apprentissage automatique ou statistique :
Il est au centre de l’intelligence artificielle. Cette technologie permettant aux ordinateurs d’apprendre seuls, sans être explicitement programmés, est en plein essor et trouve son application dans un nombre croissant de domaines : aide au diagnostic médical, détection de la fraude dans les transactions bancaires, relation client, analyse financière, reconnaissance de visages… Selon le cabinet IDC, les dépenses en matière de machine learning et d’intelligence artificielle devraient atteindre 47 milliards de dollars à l’horizon 2020.

Pure players :
Entreprise communiquant et commercialisant ses produits ou services uniquement par Internet. Ce mot barbare traduit le principal bouleversement que les pure players du numérique, tels que Uber, Airbnb, Amazon ou encore Booking, imposent aux anciens industriels.

 SaaS :
Modèle d’exploitation commerciale des logiciels, dans lequel ceux-ci sont installés sur des serveurs distants — et non plus sur la machine de l’utilisateur. Il repose sur un système d’abonnement. Principal avantage : ne nécessitant pas d’installation et accessibles via un navigateur internet, les logiciels SaaS peuvent être utilisés depuis n’importe quel terminal connecté.

 SoLoMo (Social Local Mobile) :
Désigne l’ensemble des applications marketing et commerciales liées plus ou moins simultanément aux applications sociales, locales et mobiles du marketing digital. Le fait de se « géolocaliser » sur Facebook avec son smartphone et de partager cette position géographique avec son réseau d’amis est un très bon exemple d’application SoLoMo.

Ubérisation ou ubériser : ce néologisme, popularisé fin 2014 par Maurice Lévy,  dans une interview accordée au Financial Times, inonde les médias et occupent les conversations. Inspiré du nom de la société californienne Uber, dont la concurrence a provoqué la colère des taxis, le terme fait référence à ces plateformes en ligne qui réduisent le nombre d’intermédiaires et offrent des services à prix cassés. De quoi faire frémir les acteurs traditionnels… Les contours du mot, désormais employé à tout va, restent cependant flous.

 UX Design pour “User Experience Design” ou création de l’expérience utilisateur. Cette pratique, qui consiste à rendre le parcours de l’utilisateur, notamment sur un site web ou une application mobile, aussi agréable et efficace que possible, a le vent en poupe. L’UX design, c’est l’affaire de l’UX designer, ce professionnel que les entreprises s’arrachent depuis quelque temps. Un métier nouveau qui réunit des expertises variées, allant des sciences cognitives au graphisme, et dont l’objectif est de se mettre dans la peau du client.